base de données
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Confessions à la prison.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blue spark

avatar

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 16/04/2007

MessageSujet: Confessions à la prison.   Mer 29 Juil - 18:26

Une ombre glisse en direction du bloc de détention. Il est deux heures du matin et dans la base tout le monde semble dormir. Tout le monde sauf la visiteuse imprévue de l'unique prisonnier. Elle s'assoie a même le sol, semble hésiter un long moment puis tousse a deux reprise.
Le vieux professeur après sa journée pleine de surprises a le sommeil léger. Il remarque cette silhouette familière. Bien que l'obscurité soit presque totale, il sait qu'elle l'observe. Il ne sait que dire.
Sophie brise le silence la première.

"Tout ça est votre faute. Je devrai vous haïr, et pourtant vous êtes le seul maintenant a qui je peux parler de ça."

Elle parle vite mais doucement comme si elle craignais que la cellule soit criblée de micro. Ce qui est certainement le cas, sans compter les caméra qui scrute le lieu de leur œil unique. Mais qui pensera a regarder cette bande ?
Avant que le vieux professeur ne se ressaisisse pour rétorquer, la jeune fille reprend la parole sa voix si espiègle d'habitude ne souffre aucune opposition, claire dure, tranchante même.

"Je devais me rendre aux États unis cette semaine. Malgré le danger, malgré le fait que j'y sios recherchée et peut être même attendue. J'aurai pris tout les risques, et par votre faute je suis clouée ici !"

A ce moment elle glisse une lettre chiffonnée dans la cellule, puis regrette presque aussitot d'avoir abandonné un trésor aussi intime.
Le prisonnier hésite a prendre le bout de papier. Il comprend d'après le regard de Sophie qu'elle attend qu'il lise la lettre. Elle ne parlera pas plus tant que ce ne sera pas fait.
L'obscurité l'oblige a parcourir plusieurs fois la lettre. La lettre n'est pas très longue mais éloquente.

"Je comprends mieux maintenant Sophie, pourquoi n'as tu rien dit avant ?"

Celle ci ne dit rien et tend la main pour récupérer le précieux document.

"Que voulais tu que je dise ? Pardon s'il vous plait je veux rentrer chez moi mon père va mourir je voudrai assister a ses derniers instants ? Y'en a pas un qui a eu le courage de m'annoncer la mort de Kurt, le courage ou la sensibilité. Même pas toi et pourtant..."

Sa voix s'éteint a petit, étouffée par un sanglot. Puis elle reprend .

"Si j'avais pas demandé personne n'aurait craché le morceau pourtant vous saviez que j'étais la seule a chercher a le comprendre. Alors que mon père va mourir ils s'en moquent bien a mon avis. Si ça se trouve c'est déjà trop tard"

"Tout ça ne serait pas arrivé a cause de ces maudits pouvoirs, tu parles d'une chance, c'est a cause d'eux si je suis ici. C'est a cause d'eux si ces dernières années j'ai du partir des U.S.A. C'est encore a cause d'eux que je n'ai pu être près de mon père ces dernières années."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue spark

avatar

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 16/04/2007

MessageSujet: *Copie de la lettre lue par le Doc*   Mer 29 Juil - 18:41

*Copie de la lettre lue par le Doc*

Ma petite Sophie,

Je sais que tu m’avais demandé de n’employer ce canal que pour les situations urgentes. Prendre la plume pour t’écrire se révèle être un risque pour nous deux. J’aurai voulu avec toi retracer toutes nos heureuses années et les autres aussi. Mais le temps me manque.
Je suis heureux d’être ton père. Bien que tu puisse penser le contraire je suis fier de toi. Tu es pleine de courage et de vivacité. Tu me rappelle tant ta mère. C’est triste que tu ne puisse te souvenir d’elle. C’était une femme merveilleuse.
Tu m’a fais honneur quand j’ai découvert cette maladie qui me ronge. Reprendre mes « activités » a ma place n’était pas simple. Je me souviens quand tu a découvert comment je faisais pour nous mettre a l’abri du besoin. Tu savais que c’en peu conventionnel mais …
Ouvrir un coffre c’est un art, et il faut se tenir a la pointe tout le temps a tel point que même si je n’en pas dans un lit d’hôpital je pense que j’aurai du raccrocher aujourd’hui.
Je t’ai inculqué ce que j’ai pu. Tu as été une bonne fille et une bonne élève. Sans ce coup du sort, tu aurais sûrement fait une aussi belle carrière que moi.
Hélas-tu ne t’es pas assez méfiée de ceux avec qui tu travaillai. C’est peut être la seule règle que j’ai voulu t’inculquer et que tu n’a pas mise en pratique. Toi et moi avons une morale. Elle n’est pas partagée par tous. Nous sommes des voleurs certes mais nous sommes loyaux.
Tu t’es laissée piéger dans ce coffre avec beaucoup de preuves prête a être cueillie par la police. Après ce qui s’est passé je n’ai pas trop saisi, je crois que toi non plus. Les parents pensent toujours que leurs enfants sont spéciaux.
Il se trouve que tu étais vraiment spéciale. Tu m’a dis que tu n’en savais rien et je te crois. Je te connais assez pour savoir que tu n’aurai pas tué ce policier volontairement. J’ai discuté avec un ancien super héros qui se trouve dans le même étage que moi. Il m’a dit que parfois des gens comme toi passai leur vie durant a ignorer leurs capacités. Mais qu’une émotion forte pouvais révéler.
J’ignore si c’en la peur ou la colère, mais je trouve que c’est bien ce qui a du se passer. Peut être, enfin sûrement tu l’a a compris.
Ton procès n’a été qu’une mascarade. Il n’avait pas de preuves. Mais tu avais cet ami, Abdel Malik je crois. En pleine période de psychose a l‘attentat terroriste avoir un ami arabe et musulman pratiquant fausse tout le jugement porté sur une personne.
Ils t’avaient condamné a mort. Tu as réussi a t’échapper, avec tes nouveaux dons. C’est sur qu’électrocuter une femme qui manipule l’électricité n’est pas très malin.
J’ignore ou tu te trouves désormais. Je ne sais pas nous plus ce que tu y fait. Mais nous avions convenu que si c’était important je devais utiliser cette boite postale qui en renvoie que je ne connais pas. J’ignore a quel point tu t ‘es entourée de précaution pour ne pas être retrouvée, mais je dois te demander de revenir voir ton vieux père une dernière fois, ma petite étincelle de joie. Les médecins s’acharnent encore et me disent qu’il restent de l’espoir mais leurs yeux mentent mal.
Hâte toi, ou il sera trop tard.

Ton père.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Confessions à la prison.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» jeunes délinquants en prison dés 12 ans
» Prison de Draguignan : Les personnels retiennent les directeurs
» Comment humaniser les premières heures en prison ?
» Deux évadés d’une prison italienne arrêtés au Maroc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Diamond Corp :: DC sur city of heroes (archives) :: Archives :: Backgrounds et libre écriture-
Sauter vers: